Rémi :
Bonjour à toutes et à tous. Nous voici aujourd’hui de retour sur notre blog. Il est vrai qu’avec l’organisation de notre premier salon bien être, nous avons manqué de temps pour faire vivre notre blog. C’est normal, nous étions bien occupé par ailleurs.

En relation avec les questions que nous avons eu lors de notre conférence “l’énergie, c’est quoi ?” et également tout au long du week-end, j’aimerais faire une petite série de “retour aux fondamentaux.”

Aujourd’hui, la question est la suivante : Un égrégore, c’est quoi ?
Un égrégore, c’est un regroupement de plusieurs personnes qui unissent leur énergie dans le même but et arrivent à produire plus que la somme de leurs énergies respectives.
Prenons un exemple simple :
Une amie géobiologue me demande de l’aider à rechercher un animal égaré. Le fait de travailler consciemment et volontairement ensemble sur cette même affaire donnera de meilleurs résultats que si l’on avait travaillé chacun de notre côté. Comme si 1+1=3 (voire 4 !)…
Bien sûr, il y a beaucoup d’autres utilisations de la force d’un égrégore :
Nettoyage de la planète, élévation du taux vibratoire d’un lieux, rayonnement, soins à plusieurs sur une seule personne… Il faut également garder à l’esprit qu’un égrégore peut tout à fait être utilisé à mauvais escient, donc non pour s’élever vers la lumière, mais plutôt pour aller du côté obscur. Il nous faudra donc une bonne protection pour ne pas avoir à subir les nocivités de ces personnes qui ne travaillent pas dans les mêmes énergies que nous tous.
Donc, je dirais pour conclure que les égrégores sont un outils formidable pour démultiplier la puissance de nos énergies, et que nous devrions nous en servir plus souvent pour gagner en efficacité dans les tâches qui sont les nôtres.

Nadia :
Est ce qu’un égrégore peut devenir une entité indépendante ; une force active vive et indépendante une fois sa puissance est décuplée par une multitude de personnes regroupées.
Est ce que le fait de se regrouper, par exemple dans les lieux de culte en vue de prier « pour soigner » les autres ou la planète, peut être considéré comme un égrégore ; qui cesserait d’être après le dit regroupement ?

Rémi :
Oui Nadia, tout à fait. On peut d’ailleurs prolonger la vie d’un égrégore bien après sa création.
Je me répète, j’en ai conscience, au risque d’être pesant, mais c’est pour des raisons de sécurité : il existe des égrégores positifs mais aussi des égrégores négatifs. Par exemple : Un cimetière, ce n’était déjà pas top, mais une fosse commune, c’est encore pire. C’est un egrégore d’âmes errantes, tu vois ?

Nadia :
Quelle est la différence, entre égrégore et forme pensée ?

Rémi :
Question intéressante !
Une forme pensée, qu’elle soit positive ou négative, c’est plus quelque chose d’individuel, elle est émise par une seule personne contre soi-même ou contre quelqu’un ou quelque chose d’extérieur à soi, alors qu’un égrégore est émis par plusieurs personnes réunies, c’est d’ailleurs le propre de l’égrégore.