L’amour inconditionnel

Nadia : Il est certainement ce qu’il y a de plus beau, aimer en totale acceptation, du bon et du moins bon. Il demande d‘avoir la capacité de pardonner parfois et une très grande confiance en l’autre. Je pense qu’il est important d’y intégrer le respect, la bonté, la compréhension, la bienveillance tant envers l’autre qu’envers soi-même. Il nécessite observation, écoute, ouverture d’esprit.

Je pense que la confiance aveugle, la jalousie maladive, l’amour extrême ne font  pas partie de l’amour inconditionnel. Ils ne génèrent que pouvoir et soumission.

L’amour inconditionnel me fait penser aux enfants, à une âme sœur, aux liens des jumeaux. Peut-être, peut-on parler d’amour inconditionnel en rapport à la vie tout simplement et en l’espoir, ainsi qu’en la force de résilience de l’humanité.

Rémi : C’est super beau ce que tu écrit N adia ! Chouette ! Des fois, je repense à la chanson de Goldman « Saches que je ». Goldman dit, ceci :
Il y a une question dans  » je t’aime  »
Qui demande  » et m’aimes-tu, toi ?

Alors, malgré tout le respect que je dois à Jean-Jacques Goldman, quand je dit « je t’aime » à ma femme, je ne le lui dit ni par peur, ni par crainte, ni pour recevoir en retour un « Moi aussi je t’aime ». L’amour ne se vend pas, il se donne, ce n’est évidement que mon humble avis.

Je terminerai en souhaitant à tous nos lecteurs une très belle année 2020 et je vous dis à très bientôt pour un nouveau sujet.