Présentation de Sophie

Rémi : Bonjour Delphine, Nadia, Ingrid et Sophie.

Sophie, bienvenue parmis nous sur le blog du Bonheur Intérieur. Nous t’avons connue par l’intermédiaire de Ingrid lors d’une formation dans un premier temps, puis, nous avons vite accroché à ton côté clown rieur.
Lors de cette formation radiesthésie, tu nous as surpris, parce que tu avais déjà beaucoup de choses acquises.
Alors Sophie, peux-tu nous en dire un peu plus sur toi. Comment est venue en toi l’envie d’en savoir plus sur “l’énergie” ?

Sophie : Bonjour à tous, j’adore « l’étiquette » clown rieur. C’est un peu ma marque de fabrique depuis toujours. Je déborde d’énergie au naturel. J’ai toujours été attirée par ce qui sortait des sentiers battus. Cela doit venir de mon éducation grâce à des parents pas ordinaires !
Ma première approche de l’énergie remonte à il y a quelques années, 25 ans à peu près. On commençait à parler du Reiki. On s’était dit avec ma mère, qu’un jour, on se formerait. Elle l’a fait il y a quelques années et moi, étant essentiellement fournisseuse de bonnes idées, j’ai laissé passer le temps. Je m’amusais à faire des boules d’énergie entre mes mains. Il y a 2 ans à peu près, mon oncle s’est amusé avec ses baguettes dans le jardin de la maison de ma mère. Il nous a indiqué les cours d’eau, le sens du courant. Et on a essayé…… et mes baguettes ont bougées !!! et là, j’ai repensé à Ingrid qui nous avait raconté sa formation avec Delphine et Rémi.
Donc action réaction !!! J’ai fait mon premier stage de radiesthésie avec mon mari, puis on a fait nettoyer notre maison. S’en est suivie le nettoyage de celle de ma mère qui en avait grandement besoin, assortie d’une formation en géobiologie qui nous a permis de comprendre pourquoi certains végétaux ne poussaient pas par exemple..
J’adore le principe du partage, partage de savoirs, de connaissances. Avec vous, cela paraît si simple ! mais tellement enrichissant humainement.

Nadia : Bonjour à tous et plus particulièrement à toi Sophie. Ta présentation est vraiment chouette, très sincèrement, bienvenue.
Je suis ravie de commencer à te découvrir en lisant ces expériences, découvertes successives diverses et en famille !!! Effectivement, le partage de savoirs et de connaissances pour reprendre tes mots est très important également à mes yeux. Delphine et Rémi nous accompagnent toujours avec respect, bienveillance et de manière très naturelle. Merci à toi. A bientôt et excellente continuation.

Rémi : Ho merci Sophie, merci Nadia, c’est très gentil ce que vous nous dites là. Cela nous touche, parce que ce sont des mots vraiment gentils, mais, ça nous touche aussi parce que c’est justement ce que nous voulons faire quand nous discutons ou alors pendant des formations. Donc, nous sommes doublement satisfait.

Salon Bien-être 2019

Bonjour à toutes et à tous,

Vous avez remarqué que Delphine et moi étions un peu absents du blog ces derniers temps. Nous travaillons actuellement sur un gros projet. Depuis quelques années, nous avons l’envie de rassembler des praticiens dans le bien-être et la spiritualité.

Nous avons le plaisir de vous annoncer que, l’association Le Bonheur Intérieur, organise son premier salon bien-être et spiritualité qui se déroulera à la Maison de Nuits Saint Georges les 27 et 28 avril 2019.

Sur une surface de 700 m² et 38 stands, vous pourrez rencontrer des praticiens de différents horizons et spécialités. Une salle supplémentaire sera dédiée aux conférences et ateliers qui se dérouleront tout le week-end.

Nous serons heureux de vous accueillir pour partager et échanger tout au long du week-end.

A bientôt,

Delphine et Rémi

Perceptions différentes

Nadia : Bonjour Delphine, voici donc ma deuxième question :

Est-ce qu’un phénomène (exemple aura, corps subtils, entité) peuvent ou doivent être perçus de la même manière par les personnes présentes ?

Delphine : Tous ces phénomènes peuvent être perçus de différentes manières, pourquoi ? Dans une pièce nous sommes 15 personnes et nous travaillons les couleurs de l’aura d’un élève. 7 personnes vont voir les mêmes couleurs, 3 en verront d’autres et 5 ne verront rien. Cela vient simplement du fait que nous sommes sur des plans différents, que nous avons tous des parcours différents, des valises que nous traînons etc.

Nadia : Merci pour ces précisions, il faut donc se faire confiance et accepter ce que l’on voit sans vouloir absolument aboutir à un résultat identique, une image similaire à ce que perçoivent d’autres personnes. Chacun a sa perception propre toute aussi valable que d’autres.

Je suis seulement au début, je perçois des couleurs autour des personnes, irrégulièrement et souvent quand je ne le cherche pas car effectivement lorsque je cherchais à voir quelque chose de précis… je ne voyais rien du tout ! Au fil du temps je réussis à voir plus de choses en me faisant davantage confiance et en cessant de me comparer sans cesse.
Merci beaucoup .

Rémi : Chercher à se comparer, et voir pareil que le voisin, c’est ne plus être soi… C’est vouloir ressembler à ce voisin. Mais je ne suis pas lui, je suis moi, avec ma vie, mon histoire et mes propres sensibilités. Restons soi, acceptons de voir ou de ne pas voir et tout va bien !

Delphine : Au début, l’important est d’expérimenter encore et encore jusqu’à valider ce que l’on voit, ce que l’on perçoit. Ensuite, le travail fait, les 15 personnes pourront se revoir et là ces 15 personnes verront ensemble les mêmes couleurs.

Les blocages au développement de nos capacités extrasensorielles

Nadia : Bonjour Delphine, alors aujourd’hui, j’aimerais revenir sur les questions que je t’ai posé lors de ma présentation. Quels peuvent être les sources de blocages au développement de nos capacités extrasensorielles ? Est-ce qu’un phénomène (exemple aura, corps subtils, entité…) peuvent ou doivent être perçus de la même manière par les personnes présentes ?

Delphine : Bonjour Nadia, alors quels peuvent être les sources de blocages au développement de nos capacités extrasensorielles ?

Il existe comme tu le dis plusieurs sources de blocages, quelles sont-elles ? Je vais faire une petite liste non exhaustive, pourquoi ? Parce que nous sommes tous différents, nous sommes tous sur des plans de conscience et de développement personnel différents. Je vais prendre ta question de manière globale qui permettra aux débutants de s’y retrouver. Dans le domaine énergétique nous retrouvons plusieurs personnalités.

La première : La personne est enjouée, enthousiaste. Pour ouvrir nos perceptions, être enthousiaste, enjoué.e est extrêmement important cela veut dire que la personne est au contact et est prête à s’ouvrir. Mais cet enthousiasme parfois cache le fait de vouloir aller vite, tout savoir tout de suite, emmagasiner, tout ouvrir, tout de suite au risque de brûler les étapes. Attention aucun jugement dans mes propos, nous sommes tous différents et je comprends totalement cette manière de voir les choses. Pourquoi ? Cela fait quelque peu référence à mon propre apprentissage !! :-)) Il est alors important de ralentir la cadence : pourquoi ? Tout ouvrir, vouloir apprendre très vite vous fait ouvrir un livre et un autre et encore un autre, sur un sujet, sur un autre. A un moment tout est ouvert et aucun livre terminé. Aller trop vite par excès d’enthousiasme bloquera à un moment donné ou à un autre l’ouverture de vos capacités extra sensorielles. Le tout étant de s’en rendre compte pour modifier la méthode et surtout se faire confiance. On pourra lire tous les livres possibles et imaginables, votre âme, votre petite voix sait ce qui est bon pour votre être et votre mission de vie. A mon sens, il est important d’aller au bout de chaque processus, comme nous le disons tous : pas après pas. L’important est de prendre un livre (ou une formation), aller au bout du livre, du processus, d’expérimenter et de valider. Il est possible que le livre terminé finalement vous fera découvrir autre chose. Ce qui est écrit dans ce livre, dispensé dans une formation est la “vérité” de l’auteur, du formateur. Donc, j’apprends, j’expérimente, je valide.

La deuxième : La personne a peur, elle veut rentrer dans ce domaine mais c’est difficile. Alors la personne entame un processus, lit, essaie d’expérimenter, suit une formation. Et la peur est tellement présente que cela bloque tout naturellement le développement de ses capacités extra sensorielles. Ses capacités sont là présentes en elle et l’ont toujours été mais la personne ne le sait plus. Le travail de cette personne pour pouvoir continuer sera de procéder au déblocage de ses peurs, par exemple avec un.e énergéticienne.

La troisième : La personne manque de confiance : “une personne m’a dit que” “j’ai lu que”, la personne est parfois trop crédule etc etc… Evidemment aucun jugement chaque personne fait ce qu’elle peut. Le domaine énergétique est simple, tout est là, il suffit de faire les choses avec bienveillance et intention. Un travail sur la confiance est important car sans confiance les capacités se bloquent naturellement. Mais j’ai envie de dire que pour avoir confiance il faut avoir connu la non confiance.

La quatrième : La personne sait tout, a tout vu et là je parle de l’égo, le mental est tellement fort, l’égo tellement développé que rien ne trouvera grâce à ses yeux. Bon… Elle sera persuadée que toutes ses capacités seront développées etc etc. Ok… Le retour de bâton est en général difficile. La prise de conscience se fait difficilement pour inverser les choses. En règle général, il faut soit un traumatisme soit un coup dur dans la vie pour que la personne inverse le processus et revienne à ce qu’elle est au plus profond d’elle.

Cette liste n’est pas exhaustive bien évidemment, il existe aussi dans ce domaine les prédateurs.

Je précise à nouveau à tous nos lecteurs que je fais en sorte d’expliquer les choses sans aucun jugement de valeur. Chacun est à sa place et au niveau qui lui convient à cet instant T. Et chacun évoluera à son rythme et en fonction de ce qu’il a à vivre.

Nadia : Cela me parle beaucoup, je suis passée par la majorité de ces blocages. Nous en rendre compte nous permet d’avancer et de nous en libérer. Il faut donc laisser le temps faire et monter les marches une à une, tranquillement et se faire confiance.
Merci pour toutes ces précisions, Delphine, j’ai la chance d‘avoir croisé ton chemin et de bénéficier d’explications claires et précises qui me permettent d’évoluer en toute sérénité .

Bonne fin de journée à tous nos lecteurs.

Delphine : Oh merci Nadia, c’est moi qui ai de la chance !!! A bientôt à tous pour de nouveaux articles qui sont en préparation !!

Le jugement

Delphine :

Bonjour Rémi, une fois n’est pas coutume, aujourd’hui, c’est moi qui a une question à te poser. Parfois, j’entends des gens qui m’entourent dire : “je ne le juge pas mais il devrait faire ainsi…”; “il m’a dit telle chose, il me juge…”

Rémi, pour toi, c’est quoi le jugement ?

Rémi :
Bonjour Delphine, je trouve ta question super et vraiment d’actualité. Car, autant dans la sphère personnelle, professionnelle que médiatique, le jugement est tous les jours mis en avant…

Regarde par exemple les émissions d’une grande chaîne numéro 1 dont le but est d’avoir le meilleur mariage, le meilleur hôtel… et dont les participants se critiquent ouvertement les uns en face des autres, et qui malheureusement, assurent un audimat record… 🙁

Alors, le jugement, en fait, c’est ce que je pense qui est bon pour mon voisin. C’est en fait, ce que je ferais si j’étais à sa place. Mais, je ne suis pas à sa place. je n’ai pas son vécu, ni son expérience. D’ailleurs, ai-je toutes les informations en main pour me permettre de dire que, le choix qu’il fait est “le meilleur” ou “le plus mauvais” ?

Ce que j’estime être bon pour lui, je le pense moi, avec tout ce qui me construit : mon âge, mon esprit, mon vécu et mon expérience personnelle. Là est l’erreur, à mon sens ! Mon voisin et moi, sommes deux personnes différentes. Pourquoi devrions-nous penser et agir de la même manière et surtout (parce que ça m’arrange), de la manière que JE pense être la meilleure ? Là est la base de toute mésentente, que ce soit dans un couple, entre amis ou entre deux pays si l’on se place au niveau mondial. Les mésententes viennent, à mon avis, du fait que je pense avec mes propres valeurs et surtout “pour ma pomme” au détriment de mon voisin lui-même finalement (Ce qui est un comble). Si nous étions 15 dans une pièce, il est fort possible que nous aurions 15 avis différents.

Delphine :
Alors si tu replaces cela au niveau de l’énergie et j’ai même envie de dire au niveau du mental, tu dirais quoi ? En fait ce sont deux questions mêlées et indissociables, non ?

Rémi :
Oui, mêlées et indissociables tout à fait oui. Il faut tout d’abord avoir conscience de la présence du mental et de sa façon de travailler. Cela fera l’objet d’un article plus détaillé sur le sujet, mais disons que, pour l’instant, on va juste dire que notre mental essaie de nous maquiller la vérité.

Le mental me fait croire que quelqu’un me juge. Mais en fait, je suis en train de me juger moi-même, on appelle ça l’effet miroir. Si je replace tout ça dans le thème de notre blog, à savoir, l’énergie, et bien voici mon sentiment :

Etre dans l’énergie, c’est être dans l’acceptation. Etre dans l’acceptation, c’est être dans le non jugement. C’est être tout simplement soi. Vivre l’ici et maintenant.

Delphine, Prenons la situation suivante si tu le veux bien. Je suis dans le jugement d’une situation. Je l’accepte, mais cela fait monter une émotion, je reste tranquille. Cette émotion passe et ensuite, je me demande : “Est-ce que ça change quelque chose à ce que je suis à l’instant présent ?”

Delphine :
Non

Rémi :
Donc tout va bien, non ?

Delphine :
Oui tout va bien, je reste dans le Soi profond et pas le Moi (l’égo) et c’est là que le travail profond commence, cela peut paraître difficile car il est important d’enlever les masques mais finalement c’est quelque chose d’extrêmement simple. C’est juste que lorsque l’on débute le travail le mental tremble. Merci Rémi J’espère que cet article aura plu à nos lecteurs. Je vous dis à bientôt pour une nouvelle discussion.

Tu n’as pas de fluide

Rémi :
Bonjour Delphine, Ce soir, j’aimerais aborder un sujet qui souvent freine les gens à entrer dans ce monde merveilleux de l’énergie. Il y a quelques temps, j’ai accueilli une dame à la maison qui venait voir nos pierres. Cette dame voulait un pendule et elle me dit : “ de toute façon, chez moi, ça ne marchera pas. Un ami à moi qui est magnétiseur m’a dit : de toute façon, toi, tu n’as pas de fluide…” Je ne doute pas que tu vas avoir beaucoup de choses à nous expliquer sur ce sujet Delphine.

Delphine :
Bonjour Rémi et merci pour ce partage. Et oui certaines personnes se mettent des barrières parce que d’autres personnes peu scrupuleuses et qui sont dans le domaine de l’énergie, se permettent d’émettre une vérité qui n’en est pas une. Le souci dans ce que tu dis c’est que la personne qui dit que ça ne fonctionnera pas souhaite par tous les moyens garder le pouvoir. Pourquoi ? Au cas où cette personne qui développerait son fluide, son magnétisme pourrait ne plus avoir besoin de ses “services”. Sauf que dans ce domaine, tout le monde à sa place. Aucune personne n’est mieux qu’une autre, il s’agit simplement de se dire “je suis à la bonne place en ce moment, à ma place juste”. A l’inverse, mon voisin en connait un peu plus que moi ? Et alors où se situe le problème ? Pourquoi en faire une histoire de pouvoir ou de secret. Quoi qu’il en soit nous avons tous du fluide, du magnétisme mais tout le monde ne l’utilise pas, cela n’intéresse pas tout le monde et c’est bien là le principe de la liberté de chacun.
Il existe de très bon magnétiseurs, pourquoi ? Cela vient du fait que ces magnétiseurs utilisent tous les jours leur magnétisme, les énergies. C’est comme un coureur du 100 mètres ou un coureur de fond, un joueur de tennis. Si ces joueurs s’entraînent une fois par semaine est-ce que ce sera suffisant pour devenir un bon voire un très bon joueur ? Je ne crois pas, Il n’y que dans le dictionnaire que le mot réussite vient avant le mot travail. Ça peut paraître basique ce que j’écrit mais en même temps c’est la pure vérité. Dire à une personne “tu n’as pas de fluide” est totalement faux.

Rémi :
Ce que tu veux nous dire par là, Delphine, c’est que, quand on entend ce genre de paroles, il faut tout de suite se méfier ?

Delphine :
Oui il faut même se mettre à courir loin de cette ou ces personnes !!! LOL !!!

Rémi :
🙂
Très bien. Et bien, voilà une chose qui est dite !
Merci Delphine, à bientôt pour d’autres textes sur ta façon de voir l’énergie.
Chers lecteurs, méditez la dernière phrase de Delphine et à très bientôt.

Le chemin spirituel

Pour être soi je dois être conscient de faire partie d’un Tout, j’appelle cela le Chemin spirituel. Le Tout, c’est le Divin, la Source, le Soi. Dieu est souvent cité et permet pour certains de se sentir relié. Croire permet parfois de se sentir accompagné. Dieu est généralement lié à la religion. Mais la religion est remplie de dogmes, concepts, schémas, le bien, le mal. Dieu n’est rien de cela. La spiritualité, le chemin spirituel est dégagé de l’ensemble des concepts comme le bien et le mal ; l’ombre et la lumière. L’un ne va pas sans l’autre.
Le chemin spirituel c’est aussi aller au plus profond de soi. Pour connaître les autres, il est important de se connaître soi-même. Connaître ses qualités, ses défauts, connaître ses limites. Aller à la rencontre de ses ressentis.
Il existe des techniques différentes pour aller à la rencontre de soi. Cela peut aller de la thérapie brève à la thérapie longue en passant par l’hypnose, les soins énergétiques, le nettoyage énergétique.
Quand je commence à me poser cette question “qui suis-je ?”, cela équivaut à commencer une introspection intérieure. La porte s’entrouvre.
Le Tout est en toi, en moi, en nous. Nous sommes un Tout, nous sommes reliés à la Source. Et l’ensemble des réponses à nos questions sont en nous.
Nous pouvons suivre une thérapie longue ou brève. Mais ces thérapies seront remplies de concepts.
Un concept c’est une “couverture” que l’on ajoute sur une situation donnée. Sans enlever ce qui était là avant. Puisque c’est ajouté, cela ne nous correspond pas forcément. Et surtout, un concept ne règle pas ce qui se trouve en dessous de cette “couverture”. Si on reste dans le concept on ne peut aller à la rencontre de nous même.
Pourquoi les personnes qui se posent ces questions : “Qu’est-ce que je veux être ?” “Qu’est-ce que je veux faire de ma vie ?” “Qui suis-je au fond ?” Il peut être essentiel de s’intérioriser et vérifier notre manière de voir les choses. En général est-ce que je vois le verre à moitié plein ou à moitié vide ?
Quand je parle, est-ce que j’utilise des phrases positives ou négatives ? Est-ce que je fais attention à mes pensée. Est-ce que je suis dur avec les autres et/ou avec moi-même. Est-ce que j’ai souvent peur dans ma vie ? Est-ce que mes peurs dominent ma vie ? Parfois j’entends des personnes en accompagnement me dire : “J’ai peur de ceci, de cela, de faire ci de faire ça”.
Pour changer et devenir soi, il est absolument nécessaire de se défaire de tout cela :
Peurs développées au cours de notre vie mais également des peurs transmises par nos parents, grands-parents, ancêtres…
Tristesse
Souffrances
La spiritualité c’est devenir juste avec soi-même et avec les autres et surtout être vrai.
La spiritualité c’est dans la vie de tous les jours, le plus petit acte qui peut paraître insignifiant fait partie de la spiritualité.
Je ne peux pas dire “Tiens, aujourd’hui je suis spirituel” et dès le lendemain je commence à critiquer telle ou telle personne. Quand je critique quelqu’un je me critique moi-même. Quand je juge une personne, je me juge moi-même. Arrêtez-vous à cette critique, à ce jugement et essayer de savoir à quoi cela peut faire référence en vous.
Je suis ce que je suis, j’accueille mes peurs et je les accepte pour mieux les laisser partir.
Toute personne a la capacité de faire ce travail de fond.
Toutefois ce travail reste difficile. Il peut être bon de se faire aider…
Le travail commencé, il arrivera des moments où l’on aura l’impression de stagner voire de reculer. C’est un peu un désert. Ce désert est essentiel pour permettre aux changements profonds de se faire et de transformer, transmuter les choses négatives en éléments de vie positifs. Ce désert doit également être accueilli et accepté. “Il n’existe pas de chemin spirituel sans désert” (Serge Boutboul).
Alors les portes s’ouvriront de plus en plus, tout s’éclaircira et deviendra simple, limpide.

Apprendre à s’ancrer

Apprendre à s’ancrer est essentiel pour être en connexion avec l’univers et ainsi être en mesure de développer ses capacités extra-sensorielles.

Voici la méthode que je vous propose :
Placer votre conscience au niveau de cœur.
Imaginez une fleur, une rose blanche par exemple.
Votre conscience est dans le cœur de cette fleur.

Imaginez les racines de cette fleur qui descendent le long de votre colonne vertébrale, passent par vos jambes puis pénètrent dans la terre en tourbillonnant, traversent la terre puis la roche pour atteindre le centre de la terre, de couleur rouge.

Vous offrez votre amour à la Terre-Mère et, en retour, celle-ci vous offrira son Amour et son énergie.
Cette énergie rouge remonte le long des racines de votre rose, elle remonte, remonte remonte pour venir se loger dans votre cœur.
Laissez-vous imprégner de cette énergie d’Amour.

Replacer votre conscience au cœur de votre rose.
Puis imaginez une colonne qui monte le long de votre axe vertébral et qui passe par votre septième chakra, le chakra couronne (sommet de la tête) puis s’élève dans l’espace jusqu’à atteindre le grand soleil central de l’univers.

Vous offrez votre amour au Père-Soleil et, en retour, celui-ci vous offrira son Amour et son énergie.
Visualisez cette énergie de couleur blanc-bleuté, descendre dans votre colonne de lumière jusqu’à atteindre votre cœur.
Laissez-vous imprégner de cette énergie d’amour.

Avec vos mains, faites des battements très lents et très légers pour ainsi mélanger l’énergie rouge de la terre et l’énergie blanc-bleuté du ciel. Ce mélange se fait dans votre cœur puis, petit à petit dans tout votre corps.
Vous êtes maintenant ancré à la terre et au ciel.